La crainte de vous exprimer en français fait manifestement partie de vos préoccupations principales. Vous êtes nombreux et nombreuses à « avoir peur »

> d’être jugé(e)s

> d’être moqué(e)s

> de ne pas pouvoir appliquer ce que vous avez appris

> d’être décrédibilisé(e)s dans vos interactions quotidiennes

> d’être considéré(e)s comme incompétent(e)s dans votre travail

> de ne pas savoir mettre rapidement les mots dans le bon ordre…

Pas d’inquiétude les amis ! Ces réactions sont saines et normales. Cette «peur » met en évidence 2 choses

> 1. Vous êtes vivant(e)s !!! 

> 2. Vous voulez dépasser cette anxiété qui vous paralyse et nuit à votre épanouissement.

Je vous propose 4 méthodes radicales pour vous débarrasser de cette peur (elles fonctionnent toutes).

#1. LAISSER TOMBER…

Là, je suis volontairement taquin mais en toute objectivité cette méthode est efficace à 100%. Plus de français => plus d’angoisse .

On supprime le malaise/ mal-être à la racine et fini les boules dans l’estomac, le cœur qui bat la chamade, les secondes de silence qui semblent interminables et le regard pesant des interlocuteurs peu compréhensifs.

D’un autre côté, cette approche peut apparaître comme un échec (même temporaire) et te laissera sans doute un sentiment d’inachevé.

Je recommanderais donc cette stratégie uniquement si tu as d’autres projets plus urgents qui nécessitent que tu sois pleinement mobilisé(e).

Dans tous les cas, cette approche n’est pas viable sur les moyens et longs termes.

#2. EVITER LES SOURCES DE PEUR

Dans les cas que je rencontre fréquemment, derrière la peur se cache souvent un professeur ou un parent qui vous brime dans votre apprentissage en mettant plus de freins à votre courbe d’apprentissage qu’une véritable écoute constructive.

La solution : Eviter/limiter les interactions avec ces sources de peur. Cette manœuvre d’évitement peut être salutaire si tu arrives à reconstituer en parallèle un cocon plus propice à ton épanouissement : de nouveaux professeurs sur Internet, un groupe de travail, un nouveau cercle d’amis…Cette stratégie te permet de « t’évader » de ta prison et surtout de te créer un espace qui t’est propre…

 

Dans le cas du « mauvais prof », je te l’accorde, tu ne pourras pas éviter indéfiniment ton professeur de français surtout si tu dois le côtoyer pendant plusieurs années mais tu pourras diminuer l’influence que ce professeur exerce sur toi…

 

Les 2 premières approches sont des mécanismes défensifs qui fonctionneront mais ne te positionneront pas tout à fait en tant que pilote dans ta vie.

Il est temps de passer à l’attaque avec les mécanismes offensifs.

#3. LA PREPARATION

Les « profils nuisibles » agissent dans un contexte bien défini et pour une durée définie. Pourquoi ne pas préparer ces phases limitées d’interaction en étant sûr(e) que ta prestation sera parfaite ?

> Une intervention à faire sur un thème particulier : prépare à fond !

> Un exercice à corriger : prépare à fond

L’intérêt est simple : Ouvrir le minimum de brèches pour asseoir son assurance et ne pas être mis en défaut.

 

Bien sûr, personne n’est parfait, mais le simple fait d’entendre moins de commentaires que d’habitude sera un signe très très encourageant . Rien ne t’empêche de bien vérifier la structure d’une phrase, son mode, son temps, sa grammaire afin que ton expression soit impeccable…C’est à toi de jouer !

 

Le point délicat est qu’il n’est pas possible d’être prêt à toutes les éventualités. Donc, il est probable qu’au cours de ton échange (et indépendamment de ton niveau de préparation), tu te retrouves à nouveau dans une zone non préparée…Ce n’est pas dramatique car cette portion de la discussion n’éclipsera pas ta prestation si tu arrives à recentrer le débat ou en neutralisant simplement la tension par le biais d’une question.

Un exemple : Tu es en train de parler et tu ne te souviens plus de la forme (subjonctif ou indicatif) à utiliser.

Pose la question…Un  exemple. Tu t’arrêtes au milieu d’une phrase et demandes simplement:

« Je ne sais plus, dois-je dire 

  • qu’il soit parti ou
  • qu’il est parti, Pouvez-vous  me rappeler la règle s’il vous plait ? »

Et Bim ! Une question aussi pertinente méritera l’attention complète du professeur qui devra y répondre. (Tu as saisi la subtilité consistant à replacer le professeur dans son rôle d’expert et non dans celui d’un tortionnaire attentif à tes moindres écarts ?). Tout le monde y gagne !

> Tu es rassuré(e) et apaisé(e) puisque tu as pu désamorcer une situation

> Le professeur doit quant à lui s’illustrer en tant qu’autorité tout en apportant de la valeur ajoutée aux autres élèves.

Voilà : You Win !

 

Un point très important dans ta préparation. La structure. Structurer une intervention te permettra de systématiser tes réponses avec un risque minimisé de faire des erreurs.

Un exemple précis : Si tu dois par exemple présenter un résumé de texte ou d’un roman : « Dans ce roman de XXX, écrivain du YYième siècle, l’auteur ABC, nous livre 3 idées maîtresses : Idée 1 // Idée 2 // Idée 3 ». (and you’re done!). Cet exemple du résumé s’applique également si tu dois guider un client dans un processus ou lui expliquer ce qu’il doit faire….

 

L’approche structurée te permettra d’effectuer un bon surprenant en terme de qualité d’expression (tant au niveau de la précision, qu’au niveau du débit).  Essaie-donc! Tu m’en diras des nouvelles…

 

#4. L’ENTRAINEMENT

C’est le modèle de réponse le plus abouti  et le plus viable sur le long terme. Il vient facilement compléter la préparation mais cette fois-ci avec une approche encore plus structurée et plus systématique.

Les éléments essentiels de l’entrainement sont :

> L’ objectif  : Vaincre sa peur de parler français peut en être un.

> Un programme : Une séquence d’activités construites pour t’amener progressivement à la réalisation de ton objectif.

Les bénéfices de l’entrainement sont indéniablement:

 

> La construction d’une immunité au stress

> La (re)-prise de confiance en soi

> La prise de nouvelles initiatives

> La concrétisation de nouveaux objectifs…

 

Cette méthode dépasse le cadre du français et de son apprentissage et peut être adaptée à d’autres sphères de ta vie…

 

CONCLUSION & PROCHAINES ACTIONS

Et voilà donc, comment – en vainquant seulement ta crainte de parler français – tu peux te propulser vers de nouveaux horizons.

Un dernier mot qui me vient de Jack Canfield : « Nothing will change for the better until you do » (Rien ne s’améliorera avant que tu ne t’améliores…).

 

Maintenant, il est très important que tu agisses (oui c’est un subjonctif) :

> Choisis une de ces stratégies et

> réponds simplement en indiquant laquelle de ces pistes tu t’engages à explorer dans les prochains jours. (Par exemple #2. Eviter les sources de la peur…).

 

Ceci sera ton tout premier pas dans la voie de la « guérison »….Encore une fois, si tu ne fais rien, il ne se passera rien…

Je suis très curieux de savoir comment tu auras décidé d’affronter ta peur et j’attends ton retour… A très bientôt !